Cadeaux pour les professeurs: l’enfer c’est nous autres!

Hier matin, j’ai demandé à une libraire des suggestions de cadeaux pour l’enseignante de ma fille. Elle m’a répondu: « J’ai lu sur un site, que les profs ne veulent plus de tasse, plus de chandelles, plus de thé, de café, de chocolats, de biscuits maison, ni de produits pour le bain.

- Ils veulent de l’argent?

- Mais non, a-t-elle précisé. Ils aiment recevoir des chèques-cadeaux! »

Sur le coup, j’ai pensé à nos ados, qui nous font le même genre de demande. Et comme avec eux, j’ai eu un malaise. Offrir un album de musique, ce n’est  pas comme glisser un 10$ sur le comptoir de la cuisine. Me semble.

J’ai aussi pensé à ces parents-rois, dont parlait Marianne Prairie dans Châtelaine, qui donnent des listes de cadeaux à offrir à la fête de leurs enfants avec les prix et qui demandent de bien vouloir y inclure la facture pour pouvoir les échanger.

Puis, j’ai imaginé une salle de profs, où les enseignants se plaignaient entre eux d’avoir encore reçu les mêmes babioles, alors que d’autres, comme les enseignants de musique, d’art dramatique, d’éducation physique ou d’anglais n’auraient reçu aucune tasse de chez David’s Tea, pas de chandelle, ni rien. Et que dire de tous les autres, comme la secrétaire, le concierge, les filles du service de garde et même le directeur, chez qui on a peut-être été verser une larme ou crier notre désespoir?

Avec quatre enfants, j’avais l’habitude de régler le dossier des cadeaux-à-tout-le-monde en commandant quatre sacs cadeaux ( produits pour le bain ou chandelles) à 25 $, puis cinq autres à 15 $ et je passais acheter des chocolats pour les dames du service de garde et les éducatrices de la garderie. Avec les taxes et les cartes, la facture pouvait facilement dépasser les 300 $.

Mais c’était simple… jusqu’à ce qu’une amie enseignante me confie qu’elle ne savait plus quoi faire des savons et des chandelles qu’elle recevait. « Je jette ou je donne la moitié de mes cadeaux! »

Là, j’ai eu l’idée d’offrir des bouteilles de vin de la SAQ.  Pour remercier tout le monde, 10 bouteilles à 10 $ chacune. L’aubaine.

Or, une maman bénévole m’a expliqué qu’un enfant qui offrait une bouteille de vin, c’était immoral. « Quel exemple leur donne-t-on? » L’une de mes filles est même revenue de l’école avec l’impression d’y avoir fait passer de la drogue.

Et si je n’offrais pas de cadeau? Juste un gentil mot avec un bouquet de fleurs du jardin, comme ma mère avait l’habitude de faire dans les années 1980. « On chiale, mais on adore recevoir des cadeaux, m’a avoué une autre amie. Surtout des chèques-cadeaux. »

Ce matin, je me suis donc résignée à offrir des chèques-cadeaux. « C’est trop poche, s’est indignée ma fille de 7 ans. Tu aurais pu offrir un livre de ta bibliothèque, des biscuits ou une photo de moi! » Pour sauver la face, elle s’est précipitée dans ma bibliothèque, a choisi un livre, l’a emballé et a bricolé une carte avec une photo d’elle.

Conclusion: Toujours offrir un mot bien senti à l’enseignante, accompagné de n’importe quoi.

Parce qu’en matière de cadeaux de profs, l’enfer c’est nous autres. Ce que pense l’enseignante, les autres parents ou la société de ce n’importe quoi ne nous appartient pas.

L’important, c’est le petit cœur joyeux de notre enfant, qui offre ce n’importe quoi à celle qu’il aime.

Share Button

8 réflexions au sujet de « Cadeaux pour les professeurs: l’enfer c’est nous autres! »

  1. Moi, cette année, j’ai décidé d’offrir des fleurs aux professeurs et éducatrices du service de garde. Je suis entrée chez Floralie Jouvence avec mes filles et elles ont choisi ce qu’elles voulaient remettre, avec un budget de 15$ par cadeau. Et savez-vous quoi? Elles ont choisi de beaux rosiers tout en fleurs et en boutons! Maintenant, il faut que j’aille avec elles les apporter à l’école parce que ce n’est pas facile à transporter en autobus scolaire! J’espère que cela leur plaira!

  2. Moi cette année j’ai fait faire des bouteilles sport aux deux enseignantes de mes enfants, sur les bouteille une photo de mon enfant qui tient dans ses mains une affiche écrit merci avec un petit compliment ( fait chez Lozeau L’expérience photo/vidéo) simple économique et qui reste , pas comme le chocolat….

  3. Je suis enseignante et je n’ai jamais chiâlé à propos des cadeaux que je reçois. De toute façon, je ne m’attends pas à en recevoir. J’ai fait mon travail et ça m’a fait plaisir, alors pas besoin de m’offrir quoi que ce soit. Une simple carte avec un mot de remerciement bien senti est de loin le plus beau cadeau qu’on puisse me faire! Je conserve précieusement toutes les cartes que je reçois et je les lis quand mon moral est à plat.

    1. Isabelle, je crois que la plupart des enseignants(es) sont comme vous. Par contre, les médias et les blogues regorgent de textes sur le sujets et la plupart des enfants en donnent. Si on résiste à cette vague de cadeaux, c’est souvent notre enfant qui en est le plus malheureux.

      Et parfois, l’enseignante a fait un boulot hors-norme avec notre enfant, comme ce fut le cas avec ma fille cette année. Je ne pouvais pas ne rien lui offrir. Mais si le cadeau n’est pas au goût de l’enseignante, je crois qu’elle doit essayer d’y voir une bonne intention et le refiler à une collègue. Il ne faut pas virer fou! ;-)

      1. Bonjour Madame Unetelle,

        Honnêtement je ne savais même pas que cette  »tradition » non écrite existée au Québec. C’est la première année que je scolarise ma fille depuis mon arrivée en 2012. Si je suis votre logique, puisque les enseignants ont donné du temps aux enfants ils doivent recevoir des cadeaux? Dans ce cas que dire des pédiatres et autres spécialistes qui soignent leurs bobos jusqu’à ce qu’ils deviennent des Hommes? Je n’adhère vraiment pas à cette façon de faire qui met de la pression sur tout le monde en fin de compte.
        Merci

        1. Comme vous ne connaissez pas cette tradition, je vous inviterais à faire vos recherches plutôt que de juger qu’il en soit ainsi sur ce simple texte…

          Si vous avez un pédiatre, chanceuse que vous êtes, libre à vous de lui envoyer des cartes de remerciements si le coeur vous en dit, le texte ne disait pas qu’on ne faisait pas non plus…!

          Remercier le professeur de son enfant en fin d’année, c’est la moindre des choses! Certaines personnes ne savent pas exprimer leur reconnaissance et y vont d’un cadeau pensant faire la bonne chose…! tradition ou pas, à vous de voir, par contre dire merci, il me semble que c’est universel comme comportement…

          Et oui, évidemment on peut dire merci à tous les gens qui aident nos enfants à devenir des hommes!

  4. Si vous faites des cadeaux aux enseignants tant mieux. Moi je connais la valeur d’un Merci sincère et je ne risquerai pas de le diluer dans des fioritures inutiles. Excusez moi mais faire des cadeaux juste pour faire des cadeaux. Parce que c’est comme ça, non merci!
    Oui un merci sincère suffit amplement. La preuve, le texte dit même que certains enseignants refilent leurs  »précieux cadeaux » et pire, d’autres chialent parce qu’ils reçoivent TOUJOURS la même chose . Alors pourquoi s’obstiner? Quand une tradition n’a plus de valeur autant la remplacée.
    Gros merci!

  5. La différence entre un pédiatre et une enseignante, c’est clairement le temps passé avec l’enfant. LA relation de tous les jours. Je ne pense pas que votre pédiatre ou autre spécialiste puisse connaître autant votre enfant que l’enseignant. Je ne pense pas que le spécialiste ait communiqué avec vous aussi souvent. Je ne pense pas que le temps accordé à votre enfant soit le même que celui des spécialistes. En tout cas, si je me fie au temps que mes enfants ont passé chez les autres intervenants autour d’eux et le temps donné par les enseignants, même au secondaire, ça ne s’équivaut pas du tout. En tant qu’enseignante au primaire, je peux vous dire que parmi tous les cadeaux du monde, j’aime bien les cartes faites par les élèves, les fleurs ramassées dans le jardin, les biscuits fabriqués avec papa, maman, le cadre me représentant, dessiné au crayon, avec l’inscription disant que j’ai changé sa vie! Allez-y avec votre coeur, mais surtout celui de votre enfant qui a passé tellement de temps avec l’enseignant, qu’il le connaît bien. Il n’y a pas d’obligations. La reconnaissance, c’est les sourires de nos jeunes. Clichés, mais vrai. Par contre, arrêtez de dénigrer ces enseignants qui entourent de leur mieux vos enfants en les traitants de gâtés ou d’immoral de vouloir des cadeaux. N’en donnez pas, tout simplement. Croyez-moi, on ne juge personne. Ceux qui le font, sont en minorités et ne valent pas la peine qu’on en parle. On n’aime pas vos enfants par la grosseur de vos cadeaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


six + = 9

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>