Chaque heure de danse

Mireille Véronneau

15,37 US$

Résumé

L’indifférence des professeurs me rongeait. Toutes sortes d’élèves formaient les groupes. Celles qui étaient toujours placées devant, les magnifiques, les magnétiques. Puis, les souffre-douleur. Celles grondées pour leur indiscipline. Les trop grasses, les trop musculeuses, les trop petites. Et moi : ni petite, ni grasse, ni dissipée, ni mauvaise, ni merveilleuse. Juste translucide.

À l’âge de cinq ans, Catherine a perdu son père. Plus encore, c’est sa capacité à nouer des liens et à exprimer ses émotions qu’elle a alors perdue. C’est pourtant là l’essentiel, sans doute, quand on se consacre à la danse. Maintenant qu’elle a vingt ans et qu’elle a quitté le foyer maternel, Catherine tentera non seulement de perfectionner ses grands jetés et ses tours en arabesque, mais surtout de s’affranchir de la peur qui l’étouffe.

Ce roman sur la danse sans satin ni tulle trace une chorégraphie de mots pour révéler le parcours introspectif d’une jeune ballerine qui s’efforce de prendre son élan.

Mireille Véronneau

Mireille Véronneau enseigne la littérature et le français au cégep André-Laurendeau. Détentrice d’une maîtrise en...

Mireille Véronneau enseigne la littérature et le français au cégep André-Laurendeau. Détentrice d’une maîtrise en études littéraires, elle...

Mireille Véronneau enseigne la littérature et le français au cégep André-Laurendeau. Détentrice d’une maîtrise en études littéraires, elle s’exerce également à la danse...

Mireille Véronneau enseigne la littérature et le français au cégep André-Laurendeau. Détentrice d’une maîtrise en études littéraires, elle s’exerce également à la danse classique depuis toujours et suit encore aujourd’hui des cours à l’École supérieure de ballet du Québec. Chaque heure de danse est son premier roman.

Mireille Véronneau enseigne la littérature et le français au cégep André-Laurendeau. Détentrice d’une maîtrise en études littéraires, elle s’exerce également à la danse classique depuis toujours et suit encore aujourd’hui des cours à l’École supérieure de ballet du Québec. Chaque heure de danse est son premier...

Mireille Véronneau enseigne la littérature et le français au cégep André-Laurendeau. Détentrice d’une maîtrise en études littéraires, elle s’exerce également à la danse classique depuis toujours et suit encore aujourd’hui des cours à l’École supérieure de ballet du Québec. Chaque heure de danse est son premier roman.

Extrait

L’ambiance du studio de Matthew Walters était blanche. Quatre danseurs s’y échauffaient. Des jambes étaient allongées sur les barres, emmaillotées dans leurs bas de laine de couleur claire, troués par la répétition des gestes. Des genoux pliaient, des orteils fléchissaient ou pointaient. Des corps étaient couchés à la surface du sol dans le carré de soleil. Les cous, les thorax, les dos s’étiraient toujours un peu plus loin.
Une seconde après, le sourire du professeur vers moi et sa main tendue. Un sourire chaud et doux, comme la paume de sa main pleine, qui serra la mienne, osseuse, froide, sans importance. Je n’aurais jamais pu sourire si naturellement à un inconnu. Il me demanda mon nom et se présenta, « Matthew, bienvenue à la classe », en déposant la main sur sa poitrine. Pourtant robuste, cette main devenait presque menue en comparaison avec son large torse. Sa façon de bouger révélait sa force physique. Sa stature m’avait paru moins imposante dans les films où je l’avais vu danser.

Critiques

« L’écriture ici, est charnelle, sa belle musique épouse tous les mouvements du corps : les membres éclosent, se délient et prennent de l’amplitude comme des fleurs au printemps. » 

Nightlife

« (…) les passages décrivant avec pudeur le travail de la danseuse en salle, sous le regard admiratif de son Pygmalion, émeuvent et fascinent. » 

Dominic TardifLe Devoir

« L’auteure a une plume exceptionnelle. Je me suis sentie bercée par ses mots. » 

Au Boulevard du livre (Blogue)
ISBN
Date de parution
Nombre de pages 144 p.
Dimensions 12,7 cm x 20,3 cm

Vous aimeriez peut-être aussi...