Mario Tremblay : le bagarreur

Mathias Brunet

11,35 US$

Résumé

• Un livre riche en faits inédits, qui révèle tout sur l’affaire Patrick Roy et nous ouvre les portes du vestiaire de l’une des plus randes organisations de hockey : le Canadien de Montréal.
• Un ouvrage signé… Mathias Brunet, journaliste sportif à La Presse, qui couvre les faits saillants du Tricolore depuis trois saisons.
• L’histoire complète de l’homme et de sa carrière, de son repêchage par le Canadien en tant que joueur jusqu’à sa démission en tant qu’entraîneur de cette même formation.
• Du début des années 70 jusqu’à aujourd’hui, le portrait d’une équipe à travers l’histoire du Bleuet bionique.
— J’viens d’être repêché par le Canadien !
Ainsi commence l’histoire du simple petit gars d’Alma. Mario Tremblay, celui que l’on a surnommé le Bleuet bionique, a vécu depuis une aventure extraordinaire. Il a gravi les plus hauts échelons de l’une des plus grandes organisations de hockey : le Canadien de Montréal.
Spontané, fougueux, batailleur, le jeune joueur qu’il était s’est taillé une place dans le cœur des amateurs. Mais bien malin celui qui aurait prédit qu’un jour le petit gars d’Alma dirigerait le Canadien. Après une belle carrière de hockeyeur, après quelques années de journalisme sportif, Mario Tremblay était-il prêt à relever le défi d’entraîneur du Canadien ? Ses qualités de joueur suffisaient-elles à faire de lui un bon entraîneur ? Comment expliquer les transactions surprises du trio Houle-Tremblay-Corey ? Que s’est-il réellement passé avec Patrick Roy?

Mathias Brunet

Journaliste au quotidien La Presse, Mathias Brunet couvre la scène du hockey depuis plusieurs années. Après s’être...

Journaliste au quotidien La Presse, Mathias Brunet couvre la scène du hockey depuis plusieurs années. Après s’être intéressé à Mario Tremblay (Mario ...

Journaliste au quotidien La Presse, Mathias Brunet couvre la scène du hockey depuis plusieurs années. Après s’être intéressé à Mario Tremblay (Mario Tremblay, le bagarreur, 1997)...

Journaliste au quotidien La Presse, Mathias Brunet couvre la scène du hockey depuis plusieurs années. Après s’être intéressé à Mario Tremblay (Mario Tremblay, le bagarreur, 1997) et aux coulisses du Canadien (Avions hôtels... et glorieux, 1998), il nous propose de découvrir celui qu’on surnomme affectueusement le Tigre dans sa biographie intitulée Michel Bergeron. À cœur ouvert.

Journaliste au quotidien La Presse, Mathias Brunet couvre la scène du hockey depuis plusieurs années. Après s’être intéressé à Mario Tremblay (Mario Tremblay, le bagarreur, 1997) et aux coulisses du Canadien (Avions hôtels... et glorieux, 1998), il nous propose de découvrir celui qu’on surnomme affectueusement le Tigre dans...

Journaliste au quotidien La Presse, Mathias Brunet couvre la scène du hockey depuis plusieurs années. Après s’être intéressé à Mario Tremblay (Mario Tremblay, le bagarreur, 1997) et aux coulisses du Canadien (Avions hôtels... et glorieux, 1998), il nous propose de découvrir celui qu’on surnomme affectueusement le Tigre dans sa biographie intitulée Michel Bergeron. À cœur ouvert.

Extrait

À Madeleine Grégoire, ma mère, à qui je dois tout.
La vérité est comme le soleil. Elle fait tout voir et ne se laisse pas regarder. Victor Hugo

Chapitre 1

Un grand rêve
Mai 1974. Mario est en vacances depuis quelques semaines, chez lui, à Alma. Le repêchage de la Ligue nationale de hockey a lieu demain. Les Tremblay sont à table quand le téléphone sonne. Un agent négociateur montréalais est au bout du fil. — Mario, on s’est déjà parlé. Je t’appelle parce que j’aimerais beaucoup m’occuper de ta carrière.
— Pourquoi vous intéressez-vous subitement à moi? demande Tremblay.
— Parce que devant la menace de l’Association mondiale, la Ligue nationale a modifié hier son règlement. Les joueurs de dix-huit ans peuvent désormais être choisis en première ronde. Et je sais que les Red Wings de Detroit et les Blues de Saint-Louis s’intéressent à tes services.
— Je suis désolé, répond Mario, mais je suis déjà conseillé par Gilles Prévost, de Chicoutimi. Merci quand même d’avoir téléphoné.
Le jeune homme dort d’un sommeil plus léger cette nuit-là. Cet appel le fait réfléchir: la possibilité d’être repêché dans la Ligue nationale à dix-sept ans n’avait jamais effleuré son esprit.
Le lendemain matin, il rentre au travail chez O’Keefe, l’appel de l’agent est chose du passé. Il se refuse de rêver en couleurs. Dans l’après-midi, il sifflote en nettoyant le camion de livraison, quand un compagnon de travail entre en coup de vent dans le garage.
— Mario, j’te cherchais partout. Tes parents veulent te parler. Ça a l’air ben important.
Tremblay est inquiet. Il se rend au téléphone le plus proche.
— Qu’est-ce qui se passe? demande-t-il à sa mère.
— J’peux pas te le dire au téléphone, rentre à la maison, répond-elle.
— Je veux savoir. Personne de mort toujours?
— Non, non, Mario.
— Dis-moi-le donc, cou’donc.
— Tu viens d’être repêché en première ronde par le Canadien!
— Quoi???
Mario en a le souffle coupé. Il raccroche, les yeux embués. Un confrère passe par là.
— Mon Dieu! Mario, qu’est-ce qui se passe?
Le jeune Tremblay, dix-sept ans, bondit de sa chaise, le poing au ciel en signe de victoire.
— J’viens d’être repêché par le Canadien de Montréal!
Quelques secondes plus tard, toute la bande de chez O’Keefe entoure Mario. Ils lui donnent l’accolade, le félicitent, certains ont même les larmes aux yeux.
Les effusions de joie durent une bonne vingtaine de minutes. Mario pense à ses parents qui l’attendent. Avant de rentrer, toutefois, il retourne à son boyau d’arrosage et finit de laver son camion. Il n’est pas le genre d’homme à laisser son travail inachevé…
Il passe la porte de sa maison et voit sa mère en pleurs; son père a les yeux rouges.
Ses parents, son frère Michel, ses petites sœurs Sandra et Nathalie et le héros du jour passent une soirée chargée d’émotion.
Mario marche de long en large dans le salon, il tient dans son poing fermé le dernier trente sous qu’il lui reste.
«Les années difficiles sont terminées, lance-t-il, enflammé. Je vais vous acheter un poêle, un frigo, une laveuse et une sécheuse. Vous vous ferez plus geler icitte! Vous allez passer vos hivers en Floride. Pis j’vous jure une chose: vous me verrez jamais la tête enflée même si je gagnais beaucoup d’argent.»
La famille connaît la valeur de l’argent. Gonzague, un grand sportif, a bûché toute sa vie pour assurer un certain confort à sa famille. Pendant plus de douze ans, il a transporté des meubles pour un marchand du coin.
Aujourd’hui, il est déménageur à temps plein. Maude travaille dans une bijouterie. Mario, lui, peine chaque été depuis trois ans pour se faire un peu d’argent de poche.
À Alma, la nouvelle se répand rapidement. Dans les jours qui suivent, tout le monde le félicite. Sauf le gros Perron, un policier du coin. Il rend Tremblay furieux en se tapant les fesses chaque fois qu’il voit le jeune hockeyeur, pour lui signifier qu’il n’a pas fini d’user ses fesses sur le banc du Tricolore. Celui-ci a bien hâte de se rapporter à son nouveau club pour le faire mentir.
Il entretenait le faible espoir d’être choisi par les Flyers de Philadelphie; il exulte à l’idée de se retrouver avec la prestigieuse équipe du Canadien. Une grande aventure va commencer.

Thèmes et genres
ISBN 978-2-8903-7932-9
Date de parution 1997-10-21
Nombre de pages 300 p.
Dimensions 15,3 cm x 23,0 cm

Du même auteur

Vous aimeriez peut-être aussi...