Seule au front

Un témoignage de la première officière de l’infanterie canadienne

Sandra Perron

Traduction de Emily Patry

22,36 US$

Résumé

Je me suis retournée pour jeter un dernier regard d’envie vers les troupes d’infanterie qui remontaient dans leur TTB. Pendant une fraction de seconde, j’ai songé aux conséquences d’abandonner mon unité pour les rejoindre, en espérant que personne ne le remarquerait.

Mais tout le camouflage du monde n’aurait pas suffi à me dissimuler dans un bataillon uniquement composé d’hommes.

J’ai couru vers mon camion et y suis montée. J’ai fait un grand sourire à mon caporal, qui me regardait depuis le siège du conducteur. Il a pointé ma joue et m’a fait remarquer que je saignais. Ignorant son commentaire, je me suis adossée au camion et ai soupiré. Puis j’ai lancé d’un ton convaincu qu’un jour, je serais dans l’infanterie.

Il a simplement secoué la tête en riant, puis a engagé le camion sur la route de terre en direction du camp de base avant de dire : « Sauf votre respect, lieutenant, vous êtes complètement folle ! »

À 14 ans, Sandra Perron a rejoint les cadets. Fille de militaire, elle savait déjà ce à quoi elle aspirait : tailler sa place dans une unité de combat, même si aucune Canadienne ne l’avait jamais fait.

« Des femmes telles que Mme Perron non seulement disposent des qualifications nécessaires pour être d’excellentes soldates et officières, mais amènent en plus une panoplie de nouvelles aptitudes essentielles à intégrer. C’est à nos propres risques et périls que nous continuons de les tenir à distance. »

— L’honorable lieutenant-général Roméo A. Dallaire (ret.)

Sandra Perron

Sandra Perron a appartenu au légendaire 22e régiment, celui des « Van Doos » ; déployée en Bosnie et en Croatie, elle a...

Sandra Perron a appartenu au légendaire 22e régiment, celui des « Van Doos » ; déployée en Bosnie et en Croatie, elle a servi son pays avec courage...

Sandra Perron a appartenu au légendaire 22e régiment, celui des « Van Doos » ; déployée en Bosnie et en Croatie, elle a servi son pays avec courage et compassion, s’investissant...

Sandra Perron a appartenu au légendaire 22e régiment, celui des « Van Doos » ; déployée en Bosnie et en Croatie, elle a servi son pays avec courage et compassion, s’investissant corps et âme pour une meilleure inclusion des femmes au sein des Forces armées canadiennes. Aujourd’hui conférencière et philanthrope, elle a également présidé le Comité consultatif sur...

Sandra Perron a appartenu au légendaire 22e régiment, celui des « Van Doos » ; déployée en Bosnie et en Croatie, elle a servi son pays avec courage et compassion, s’investissant corps et âme pour une meilleure inclusion des femmes au sein des Forces armées canadiennes. Aujourd’hui conférencière et philanthrope, elle a...

Sandra Perron a appartenu au légendaire 22e régiment, celui des « Van Doos » ; déployée en Bosnie et en Croatie, elle a servi son pays avec courage et compassion, s’investissant corps et âme pour une meilleure inclusion des femmes au sein des Forces armées canadiennes. Aujourd’hui conférencière et philanthrope, elle a également présidé le Comité consultatif sur l’intégration des...

Emily Patry

Extrait

Deux tables plus loin se trouvaient les hommes qui s’étaient ligués contre nous ; des officiers qui m’ont fait la vie dure quand je suis devenue la première femme officier d’infanterie au Canada. Malgré le fait qu’ils étaient mes collègues – des hommes avec qui j’allais être envoyée dans des pays déchirés par la guerre, aux côtés desquels j’allais devoir me battre –, ils m’ont fait subir des choses que personne ne devrait avoir à endurer en milieu de travail. La raison de leur hargne ? Je faisais tomber les barrières de leur précieux bastion masculin. J’étais une intruse dans leur sacro-sainte unité de combat purement mâle, une menace pour leur conception du métier de soldat. Je n’étais pas la bienvenue dans le régiment, et ils me l’ont rappelé sans relâche, jusqu’à ce que je ne puisse voir aucune autre option que de quitter, de retourner à une vie civile.

La plupart d’entre eux occupaient maintenant des postes de commandement haut placés, dirigeant des unités de combat, développant des politiques à Ottawa, forgeant l’avenir de l’armée. Ils ont été grassement récompensés pour leur leadership même si à l’époque, ils l’ont cruellement employé contre moi. Je ne les avais pas revus depuis que j’avais quitté l’armée, mais curieusement, j’avais l’impression que cette soirée allait agir comme un baume sur les plaies infligées tant d’années auparavant et me permettre de tourner la page.

Ça semble peut-être absurde maintenant, mais je m’attendais à ce qu’ils me présentent leurs excuses.

Thèmes et genres
ISBN
Date de parution
Nombre de pages 416 p.
Dimensions 15,2 cm x 22,9 cm

Vous aimeriez peut-être aussi...