Où se bécoter à Montréal

Thierry Soufflard

11,82 US$

block
épuisé

Résumé

• Le must du printemps: découvrez les endroits les plus romantiques à Montréal: restaurants, parcs, terrasses, etc.
• Un livre léger et humoristique qui plaira à tous les amoureux, des plus timides aux plus audacieux
• Par l’auteur de Où s’embrasser à Paris
Après Paris, le coeur de Thierry Soufflard s’est épris de Montréal, sa «blonde» éternelle. Car la ville aux cent clochers embrasse sa rivale - la bergère aux cent ponts - en matière de lieux romantiques comme le Jardin botanique par exemple.
D’autres places, parfois gercées, entraînent même des craquements de coeur. Par certaines nuits d’été, des lieux comme la montagne provoquent, quant à eux, de sérieuses bouffées de chaleur…
Ainsi, le guide Où se bécoter à Montréal recense les meilleurs endroits à fréquenter pour fricoter et se minoucher selon le type de becs ou d’ambiances désirées. Il constitue aussi une façon originale de mieux connaître Montréal, de la redécouvir. Alors suivez le guide en quête des endroits les plus étourdissants.
Un guide que vous retrouverez bientôt… sur toutes les lèvres!

Thierry Soufflard

Après Paris, le coeur de Thierry Soufflard s’est épris de Montréal, sa «blonde» éternelle. Car la ville aux cent clochers...

Après Paris, le coeur de Thierry Soufflard s’est épris de Montréal, sa «blonde» éternelle. Car la ville aux cent clochers embrasse sa rivale - la...

Après Paris, le coeur de Thierry Soufflard s’est épris de Montréal, sa «blonde» éternelle. Car la ville aux cent clochers embrasse sa rivale - la bergère aux cent ponts - en...

Après Paris, le coeur de Thierry Soufflard s’est épris de Montréal, sa «blonde» éternelle. Car la ville aux cent clochers embrasse sa rivale - la bergère aux cent ponts - en matière de lieux romantiques. Il est aussi l’auteur de Où s’embrasser à Paris.

Après Paris, le coeur de Thierry Soufflard s’est épris de Montréal, sa «blonde» éternelle. Car la ville aux cent clochers embrasse sa rivale - la bergère aux cent ponts - en matière de lieux romantiques. Il est aussi l’auteur de Où s’embrasser à Paris.

Après Paris, le coeur de Thierry Soufflard s’est épris de Montréal, sa «blonde» éternelle. Car la ville aux cent clochers embrasse sa rivale - la bergère aux cent ponts - en matière de lieux romantiques. Il est aussi l’auteur de Où s’embrasser à Paris.

Extrait

À Montréal, ma blonde éternelle.

Chapitre 1

Les grands classiques
Les dessous de Montréal
En 1825, avec l’arrivée des Britanniques et l’ouverture du théâtre Royal, la rue Saint-Paul se dévergonde! L’établissement présente de douteux spectacles dont La Presse réprouve «les scènes décolletées, les danses en maillot, les déshabillés, les mots à double sens de nature à fausser le bon goût, à vicier les cœurs…» Ces spectacles «osés» ne sont pas l’apanage du seul théâtre Royal, puisque le théâtre Gayety, rendu célèbre par Lili Saint-Cyr, prend vite la relève. Et puis, en 1899, la rue Clark devient populaire pour ses maisons de débauche. C’est bientôt l’époque des années folles (avant 1930), quand Montréal devient le petit Broadway polisson!
À l’abordage… des jolies dames!
Après 1840, l’évènement du printemps consistait, chaque année, à venir voir l’arrivée du premier paquebot à Montréal. Dès que les glaces étaient suffisamment fondues pour l’accueillir, le navire, en provenance du Havre ou de Liverpool, entrait dans le port avec, dans sa cale, du renouveau pour Montréal. Une foule spectaculaire déambulait sur ce qui est aujourd’hui la Promenade des artistes. Les dames coquettes se montraient toutes impatientes de connaître les nouvelles tendances de la mode du Vieux-Continent. Maintes gravures témoignent encore de cet évènement important; elles montrent des dames élégantes dans leur longue robe flamboyante et des messieurs coiffés de leur chapeau de castor. Beaucoup s’y rendaient pour faire de nouvelles rencontres. D’ailleurs, c’est sur ce quai que se formaient, tous les ans, nombre de couples. Cette journée était un grand moment de fête pour la ville entière.
Les concerts de M. Lavigne
Entre 1860 et 1900, le parc Sohmer était le lieu de divertissement par excellence où venaient cruiser nombre de galopeurs. Les concerts de M. Lavigne attiraient plus d’un couple d’amoureux, séduits par ce grand chef d’orchestre. Car M. Lavigne était le seul à faire de la musique pour le peuple. Son autre endroit de prédilection: le square Viger (voir le chapitre 7)! Depuis, le parc Sohmer a été «terrassé» par la tour de la Société Radio-Canada, d’où sortent encore des sagas amoureuses. Dommage qu’il faille maintenant rester chez soi pour capter toutes ses ondes… harmonieuses!

ISBN 978-2-8903-7913-8
Date de parution 1997-06-04
Nombre de pages 160 p.
Dimensions 10,2 cm x 19,1 cm

Vous aimeriez peut-être aussi...