Ma soeur chasseresse

Philippe Arseneault

22,95 CAD$

Résumé

Installé en Asie depuis quatorze ans, Roé Léry revient temporairement au Québec pour y faire la promotion d’un roman d’une consternante médiocrité. Pourtant, sa bluette alimentaire, écrite en franglais pour plaire au gotha montréalais, suscite un vif engouement dans les médias. En entrevue, Roé affiche un dédain décomplexé et belliqueux pour les Québécois. Il existe un mot pour désigner l’hostilité envers les autres races… Mais comment nomme-t-on le dégoût de sa propre filiation, la haine de son peuple ?
Puis, une rencontre dans un salon de massage marque le départ d’une aventure étrange, mêlant amour vénal, religion et Histoire avec un grand « H ». Aura-t-elle lieu, l’improbable réconciliation de Roé avec ses origines ?
Humour provocant et éblouissante érudition vont main dans la main dans cette folle cavalcade entre le tombeau de Jeanne Mance, le Red Light montréalais et les forêts de la Haute-Mauricie.

Philippe Arseneault

Philippe Arseneault a étudié la philosophie et le droit. Il a été reçu au Barreau et a pratiqué pendant un an avant que sa...

Philippe Arseneault a étudié la philosophie et le droit. Il a été reçu au Barreau et a pratiqué pendant un an avant que sa carrière ne bifurque vers le...

Philippe Arseneault a étudié la philosophie et le droit. Il a été reçu au Barreau et a pratiqué pendant un an avant que sa carrière ne bifurque vers le journalisme. Il s’installe...

Philippe Arseneault a étudié la philosophie et le droit. Il a été reçu au Barreau et a pratiqué pendant un an avant que sa carrière ne bifurque vers le journalisme. Il s’installe ensuite en Chine, où il travaille comme professeur de français puis comme traducteur-correcteur. De retour au Québec, il renoue avec le journalisme, cette fois pour La Presse. Son premier roman, Zora, un ...

Philippe Arseneault a étudié la philosophie et le droit. Il a été reçu au Barreau et a pratiqué pendant un an avant que sa carrière ne bifurque vers le journalisme. Il s’installe ensuite en Chine, où il travaille comme professeur de français puis comme traducteur-correcteur. De retour au Québec, il renoue avec le journalisme,...

Philippe Arseneault a étudié la philosophie et le droit. Il a été reçu au Barreau et a pratiqué pendant un an avant que sa carrière ne bifurque vers le journalisme. Il s’installe ensuite en Chine, où il travaille comme professeur de français puis comme traducteur-correcteur. De retour au Québec, il renoue avec le journalisme, cette fois pour La Presse. Son premier roman, Zora, un conte cruel...

Extrait

Ce roman avait tout pour plaire aux Canadiens français. Il était écrit dans une langue pitoyable, un bichlamar dégueulatif qui, par un effet de miroir, réconfortait et confortait les lecteurs en injectant dans la littérature la pauvreté du jargon qu’ils utilisaient chaque jour. Par ailleurs, les canons de la rectitude politique étaient respectés. Les grands dépositaires de sagesse étaient des immigrants gentils et laborieux, comme ce juif qui faisait des bagels, ou encore la femme de ménage haïtienne d’Henry, qui le réconfortait en lui apportant du pouding au riz (« le meilleur au monde ») et en lui disant des proverbes de son pays (en réalité des truismes de secrétaire médicale que j’avais piqués dans de vieux numéros de Châtelaine). J’avais mis un personnage homosexuel, il était spirituel et benoît. Quant à la méchanceté dont Henry faisait preuve avec les femmes, elle était évidemment à mettre sur le compte de son chagrin d’amour. Et puis, lors de sa cure de désintoxication, il devenait ami avec une infirmière boulotte, monoparentale, latino et bouddhiste par les soins de laquelle il vivait une authentique rédemption féministe. Voilà. Les immigrants, les femmes, les homosexuels : j’avais fait de la lèche à tout le monde. Maintenant, j’estimais que j’étais en droit de vendre des livres, et même, d’en vendre des cargaisons.

ISBN
Date de parution
Nombre de pages 312 p.
Dimensions 12,7 cm x 18,3 cm

Vous aimeriez peut-être aussi...