La Passagère

Madeleine Ouellette-Michalska

15,20 US$

block
épuisé

Résumé

• Le nouveau roman de Madeleine Ouellette-Michalska.
• Le récit d’une passion amoureuse partagée entre l’imaginaire et le réel.
La Passagère démontre avec une étonnante lucidité et dans une écriture somptueuse que l’Histoire nous rattrape toujours.
Laurence, une journaliste pigiste de quarante ans, veut avant tout sauvegarder sa liberté. Fuyant la routine, elle quitte David, un compagnon d’origine juive avec qui elle vit depuis treize ans. Lorsqu’elle tombe amoureuse de Karl, le bel Allemand, des souvenirs du dernier amour reviennent hanter sa vie. Elle a alors l’impression d’éprouver une double déchirure, de commettre une double trahison.
«Il faut préserver la splendeur du rêve», répète sans cesse Karl, l’amant de Berlin. Pourtant, dans ce siècle distrait et agité, c’est bel et bien le réel que cherche Laurence… Vient toujours ce moment où elle doit affronter l’autre dans sa totalité. L’amant est fait de la même chair que le monde qu’elle parcourt et les gens qu’elle rencontre. Il est fait de cette matière envoûtante et complexe devant laquelle le désir s’exalte ou prend peur.
C’est en voyageant de par le monde que Laurence finira par découvrir que l’on ne se déplace jamais qu’à l’intérieur de soi-même, que les voyages enrichissent, mais n’effacent rien, et que la quête de l’amour n’est finalement qu’une façon de s’assurer l’immortalité.

Madeleine Ouellette-Michalska

Madeleine Ouellette-Michalska poursuit ici une œuvre qui donne un sens nouveau au temps et aux lieux. Ses autres publications...

Madeleine Ouellette-Michalska poursuit ici une œuvre qui donne un sens nouveau au temps et aux lieux. Ses autres publications ont valu à l’auteure de...

Madeleine Ouellette-Michalska poursuit ici une œuvre qui donne un sens nouveau au temps et aux lieux. Ses autres publications ont valu à l’auteure de nombreux prix littéraires dont le...

Madeleine Ouellette-Michalska poursuit ici une œuvre qui donne un sens nouveau au temps et aux lieux. Ses autres publications ont valu à l’auteure de nombreux prix littéraires dont le prix France-Québec (1993) pour L’Été de l’île de Grâce, le Prix du roman Molson de l’Académie des lettres du Québec (1984) pour La Maison Trestler ou le 8e jour d’Amérique, le 1er Prix de la...

Madeleine Ouellette-Michalska poursuit ici une œuvre qui donne un sens nouveau au temps et aux lieux. Ses autres publications ont valu à l’auteure de nombreux prix littéraires dont le prix France-Québec (1993) pour L’Été de l’île de Grâce, le Prix du roman Molson de l’Académie des lettres du Québec (1984) pour La Maison ...

Madeleine Ouellette-Michalska poursuit ici une œuvre qui donne un sens nouveau au temps et aux lieux. Ses autres publications ont valu à l’auteure de nombreux prix littéraires dont le prix France-Québec (1993) pour L’Été de l’île de Grâce, le Prix du roman Molson de l’Académie des lettres du Québec (1984) pour La Maison Trestler ou le 8e jour d’Amérique, le 1er Prix de la Renaissance...

Extrait

Sur ce chemin nous partons demain et
nous arrivons hier: aujourd’hui. Octavio Paz
L’amour est la figure des contradictions insolubles,
le laboratoire de notre destin.

Julia Kristeva

Chapitre 1

Il est blond comme le sont tous les Allemands dans les films de guerre. Il a leur élégance et leur raideur martiale. Aucun sourire, pas un mot n’est prononcé alors que j’attends derrière le guichet.
Il lève finalement les yeux et scrute mon visage avant de me remettre mon passeport. Un clignement de cils indique que le contrôle est terminé. Ma connaissance de l’allemand est si nulle que je dois m’aider de l’anglais pour déchiffrer laquelle des deux affiches, Eingang ou Ausgang , me conduira vers la sortie. Je choisis Ausgang et, tandis que j’avance, des séquences de films défilent dans ma mémoire: sons gutturaux, soldats au garde-à-vous, défilés de blindés dans des villes dévastées.
Je franchis la porte en direction de Dusseldorf où je prendrai le train pour Aix-la-Chapelle. Quelqu’un me sourit, alors que je quitte l’aéroport. Il vient de Toulouse et fait des affaires là-bas. Il a reconnu l’étiquette de Mirabel sur mon sac de voyage et offre de me montrer rapidement la ville. L’homme est honnête et n’attend rien en retour. J’accepte, peu pressée d’aller à mon hôtel. Car je suis ici pour oublier quelqu’un. Le congrès de journalistes auquel j’assisterai à Berlin et les quelques reportages prévus servent de prétextes à mon évasion.
Les gens qui circulent dans Dusseldorf sont châtains, bruns ou roux, comme dans la plupart des villes européennes. Fin du cinéma. Les rues dégagent un bonheur paisible dont je ne garderai sans doute pas un souvenir éternel. Mais tout est bon pour éviter le pire: me retrouver seule dans une chambre hantée par le souvenir de celui dont je dois me détacher.


L’homme d’affaires me dépose à mon hôtel et retourne à ses occupations. En ouvrant, je trouve dans ma chambre un bouquet de violettes qui me réjouit. Les nuits blanches, la traversée de l’Atlantique, rien n’a été inutile puisque je contemple la beauté pure, un poème en forme de pétales qui suffit à redonner vie à la plus exténuée des voyageuses.
Cette chambre m’offre le nirvãna parfait. Après un bain relaxant et un brossage au gant de crin, me voilà refaite, disposée à aller au bout du monde et de moi-même.
Je suis pigiste, libre comme l’air sauf les jours où trop de mémoire m’encombre. Une fois l’essentiel assuré: l’appartement, le téléphone, les repas, je suis la reine du temps perdu et du temps retrouvé. Je vis sans rendre de comptes à personne. Je me couche à mon heure, je pars et je reviens quand je veux.
Les draps de percale s’ouvrent avec volupté. Le bonheur est simple. Je dormirai comme une brute, sans rêves ni remords, sans angoisse ni appréhension.

Je voyage depuis deux mois pour oublier David.
Les motifs qui me firent le quitter peuvent paraître déraisonnables. Je venais d’avoir quarante ans. Quelques jours après mon anniversaire, nous dînions chez des amis et je nous vis soudain enlisés dans nos habitudes, engagés dans une union dont la passion s’était éteinte. L’avenir m’apparut alors comme une longue répétition de gestes et de mots dépourvus de sens. Je pris peur et décidai de partir.
David avait trop bu. Sa voix était pâteuse. Il pleura d’abord, puis se durcit et me reprocha mon égoïsme. Je ne pouvais le quitter, je ne lui ferais pas ça. Il devenait nerveux, irascible. Au lieu de flancher, j’allai dormir sur le divan du salon. Et le lendemain, je me trouvai un appartement.

Thèmes et genres
ISBN 978-2-8903-7921-3
Date de parution 1997-09-24
Nombre de pages 194 p.
Dimensions 14,0 cm x 21,6 cm

De la même auteure

Vous aimeriez peut-être aussi...