Tokyo Imperial

André Girard

22,95 CAD$

Résumé

J’emprunte tous les matins la voie piétonne pour atteindre la station de métro. C’est automatique, je n’y peux rien, le croassement tenace des corbeaux me ramène à toi, me ramène aux corneilles que tu aimais tant alors que tous les détestent. Rrrah, Rrrah, Rrrah. Papa, tu n’y es plus, les corbeaux sont toujours là et puis moi, j’aimerai toujours l’enfer des petits matins. Ça gueule, ça jase, ça raconte : Rrrah, Rrrah, Rrrah.

C’est ainsi que Johanna débute son roman de Tokyo. Un an après la noyade de son père, elle s’adresse à celui qui lui aura donné, dès son plus jeune âge, le goût du Japon. Mangas à la tonne, amour inconditionnel pour Hiroshima, cours de karaté… « Allez, ma grande », lui disait-il. Au Japon, en ce pays de grande culture et d’impermanence, Johanna se rapprochera chaque jour un peu plus de son père.

Après Moscou, Prague, Dublin et Paris, Tokyo sera également le théâtre des retrouvailles d’Étienne et de Johanna. En se donnant ainsi rendez-vous dans les grandes villes du monde, ce duo atypique renouvelle chaque fois la façon de s’aimer. À Tokyo, Étienne et Johanna vivront cette fois la douceur enveloppante, et ils remettront certaines choses en question.

Tout au long du roman, le lecteur est invité à s’immerger dans l’univers des personnages en visitant différents sites Internet présentés par l’auteur. Voici la liste des liens qui permettront de découvrir les lieux et musiques de Tokyo Imperial :

Page 13, http://www.globe-antiques.com/cafe/

Page 56, http://www.youtube.com/watch?v=Ny5lpk6oJ-k&feature=related

Page 99,http://www.daishidance.jp/indexs.html

Page 148, http://www.cottonclubjapan.co.jp/en/

Page 195, http://www.youtube.com/watch?v=NtiwmahtEkU

André Girard

André Girard a œuvré pendant plus de dix-sept ans dans les bibliothèques universitaires et a ensuite enseigné le français...

André Girard a œuvré pendant plus de dix-sept ans dans les bibliothèques universitaires et a ensuite enseigné le français et la littérature au Cégep de...

André Girard a œuvré pendant plus de dix-sept ans dans les bibliothèques universitaires et a ensuite enseigné le français et la littérature au Cégep de Chicoutimi. Il fut lauréat...

André Girard a œuvré pendant plus de dix-sept ans dans les bibliothèques universitaires et a ensuite enseigné le français et la littérature au Cégep de Chicoutimi. Il fut lauréat du prix Robert-Cliche du premier roman pour Deux semaines en septembre (Les Quinze, 1991), du prix littéraire du CRSBP Saguenay-Lac-Saint-Jean pour Orchestra (VLB éditeur, 1994), ainsi que du prix...

André Girard a œuvré pendant plus de dix-sept ans dans les bibliothèques universitaires et a ensuite enseigné le français et la littérature au Cégep de Chicoutimi. Il fut lauréat du prix Robert-Cliche du premier roman pour Deux semaines en septembre (Les Quinze, 1991), du prix littéraire du CRSBP Saguenay-Lac-Saint-Jean...

André Girard a œuvré pendant plus de dix-sept ans dans les bibliothèques universitaires et a ensuite enseigné le français et la littérature au Cégep de Chicoutimi. Il fut lauréat du prix Robert-Cliche du premier roman pour Deux semaines en septembre (Les Quinze, 1991), du prix littéraire du CRSBP Saguenay-Lac-Saint-Jean pour Orchestra (VLB éditeur, 1994), ainsi que du prix Canada-Japon...

Extrait

Étienne, pourrai-je un jour me passer de ça? Vaille que vaille, coûte que coûte, toi et moi, nous exerçons ce talent fou de nous rejoindre dans une chambre d’hôtel, entre deux sessions, entre deux envolées ou deux contrats. Moi, je n’en vois pas la fin. J’imagine le Bosphore, le Pirée, l’Amour, le grand lac Tanganyika. Je veux te voler du temps en Afrique. On dirait un égaré du campus, un ti-cul solitaire dans son bac à sable. Intello en vacances, serais-tu dépassé par tes hypothèses? Tu interroges ma ville, tu questionnes cette puissante mégalopole qui s’étale et qui s’étire, pieuvre qui s’étend et qui siphonne toute l’énergie vitale de ses longs tentacules ferroviaires. Imagine seulement l’Ara-kawa qui coule encore plus à l’est. Ce sera pour une autre fois, Étienne. Sur ta gauche, vois-tu, c’est l’arrondissement Chuo, à droite ceux de Koto et de Sumida. Tu peux me croire ; je suis géographique, cartographique, topographique. Premier dimanche d’octobre sur la Sumida alors qu’une semaine plus tôt, tu profitais d’une vue sur le château Frontenac. Je vis mes aventures comme je l’entends et tu vis les tiennes à ta manière.

ISBN
Date de parution
Nombre de pages 288 p.
Dimensions 5,5 cm x 8,5 cm

Du même auteur

Vous aimeriez peut-être aussi...