Truculence

François Racine

18,88 US$

Résumé

Djibi, en deuil de sa copine, est disparu depuis plusieurs semaines. Il se cache en Gaspésie, croient ses amis, qui commencent à s’inquiéter. Elpé, Lidz et God, profs de français comme lui, profitent des vacances forcées du printemps érable pour le prendre en chasse en compagnie de Lau, actrice aux charmes torturants. Elpé, dont le mémoire de maîtrise stagne depuis le french qui a brisé son couple. Lidz et ses fulgurances de gars qui vient de retrouver la mauvaise pente. God et l’adultère avec Lau, ressac inévitable d’un passé qui refuse de mourir.

Pendant ces quelques jours déchirés entre Montréal la douloureuse et le rocher Percé, ils emportent avec eux leur rage au cœur, mais aussi une énergie débordante et un humour grinçant qui les mèneront à l’affrontement tantôt verbal, tantôt physique, sans qu’ils perdent de vue l’objectif principal de leur périple : sortir de sa tanière le grand Djibi d’Amérique.

François Racine

François Racine a obtenu un baccalauréat et une maîtrise en études littéraires à l’Université du Québec à Montréal. ...

François Racine a obtenu un baccalauréat et une maîtrise en études littéraires à l’Université du Québec à Montréal. Il est professeur de ...

François Racine a obtenu un baccalauréat et une maîtrise en études littéraires à l’Université du Québec à Montréal. Il est professeur de littérature au Cégep ...

François Racine a obtenu un baccalauréat et une maîtrise en études littéraires à l’Université du Québec à Montréal. Il est professeur de littérature au Cégep André-Laurendeau. En 2014, il publiait un premier roman, Truculence, puis Tabagie en 2015 et Turbide en 2016, tous trois marqués par une verve et une originalité réjouissantes. Ses Récits du presque pays, amorcés en 2018 ...

François Racine a obtenu un baccalauréat et une maîtrise en études littéraires à l’Université du Québec à Montréal. Il est professeur de littérature au Cégep André-Laurendeau. En 2014, il publiait un premier roman, Truculence, puis Tabagie en 2015 et Turbide en 2016, tous trois marqués par une verve et une originalité ...

François Racine a obtenu un baccalauréat et une maîtrise en études littéraires à l’Université du Québec à Montréal. Il est professeur de littérature au Cégep André-Laurendeau. En 2014, il publiait un premier roman, Truculence, puis Tabagie en 2015 et Turbide en 2016, tous trois marqués par une verve et une originalité réjouissantes. Ses Récits du presque pays, amorcés en 2018 avec ...

Extrait

Matane. L’odeur du fleuve traverse les fenêtres closes. Leau dort, belle dans le rétroviseur, visage demeuré lourd de sens pour moi, malgré le temps, douloureuse brunette aux longs cils noirs fermés sur deux noisettes de nacre. Chaque fois, c’est la même chose, chaque fois qu’on se revoit, c’est tout notre passé qui me rattrape au grand galop, c’est mes conneries, mes égarements, mes craintes de tit-gars devant la tite-fille devenue trop femme trop vite, voisine d’en face attirée trop tôt par des garçons trop vieux, mon incapacité à être autre chose pour elle que ce qu’elle a toujours connu, cet autre qu’elle aimait, avant, mais qui n’est maintenant plus possible. Lidz et Marco, ils ne savent rien de tout ça, de notre surgissement hors de l’enfance jusque dans l’âge adulte à coups de forceps. En fait, je ne sais pas s’ils savent ; moi, je ne leur ai jamais rien dit là-dessus. Lau, peut-être. De toute façon, ça ne m’intéresse pas, on ne s’en parle plus, de cette époque étrange, lointaine et proche, où j’aurais tout tenté pour être tout pour elle, tout tenté sauf la chose qui eut été logique, simple et normale en pareilles circonstances, c’est-à-dire l’embrasser. L’occasion est passée souvent, mais je ne l’ai jamais saisie. Maudit Kairos, qui m’a toujours paralysé. Et puis, j’ai rencontré Karine, j’ai fait longtemps comme si de rien n’était, j’ai rayé Lau de mes souvenirs et l’ai enfouie sous une indifférence factice, mais tout revient toujours, tout resurgit sans cesse, alors une fois Karine partie — à cause de mes niaiseries, toujours les mêmes hosties de niaiseries —, qui est-ce que je retrouve ici, ensommeillée comme un ressac maudit du temps jadis? Éternelle Lau, qui ne disparaîtra jamais vraiment.

Critiques

« Ce premier roman de François Racine se consomme à la même vitesse que les kilomètres de la Yaris des protagonistes, après un départ un peu cahoteux où le lecteur doit s’habituer à ce barrage incessant de joual littéraire, où les dialogues font la force du récit. Puis, une fois bien en selle, on en arrive à vraiment apprécier la plume incisive de l’auteur. »

Jean-François Villeneuve La Presse

« François Racine frappe fort avec ce premier roman qui replonge instantanément le lecteur dans ce climat qu’il décrit avec une vérité et une justesse incroyables. »

Camille MasbourianLa bible urbaine

« François Racine offre un premier roman à la fois littéraire et très cru. »

Christiane DubreuilInfo-Culture
ISBN
Date de parution
Nombre de pages 240 p.
Dimensions 12,7 cm x 20,3 cm

Du même auteur

Vous aimeriez peut-être aussi...