La Serveuse du Café Cherrier

Yves Beauchemin

13,06 US$

Résumé

Mélanie Gervais, une jeune Trifluvienne d’une beauté à faire damner un saint, quitte sa ville natale dès sa majorité pour s’établir à Montréal. Elle y fait la connaissance de Pierrot Bernard, un aspirant romancier quinquagénaire dont les ambitions semblent sur le point de se concrétiser.

Malheureusement, les apparences sont souvent trompeuses. Lorsqu’elle rencontre Justin Périgord, qui se dit prêt à publier le roman de Bernard, Mélanie commence à douter de la noblesse des intentions de l’éditeur improvisé.

La tournure des événements cimente la méfiance de Mélanie à l’égard des hommes et des affaires de coeur. Fuyant Périgord et le Café Cherrier où elle travaillait, elle se retrouve à l’emploi de l’Haïtienne Gerbederose Café, en compagnie de l’ex-itinérant Tonio Blanchet. Avec le cégépien Louis Perez, un client qui tombe éperdument amoureux de la belle serveuse, peut-être pourront-ils aider Mélanie à affronter les épreuves qui s’annoncent...

Yves Beauchemin

Né à Rouyn-Noranda, Yves Beauchemin est un écrivain phare de la littérature québécoise. Auteur des célèbres romans Le ...

Né à Rouyn-Noranda, Yves Beauchemin est un écrivain phare de la littérature québécoise. Auteur des célèbres romans Le Matou, Juliette Pomerleau, ...

Né à Rouyn-Noranda, Yves Beauchemin est un écrivain phare de la littérature québécoise. Auteur des célèbres romans Le Matou, Juliette Pomerleau, Charles le téméraire et La ...

Né à Rouyn-Noranda, Yves Beauchemin est un écrivain phare de la littérature québécoise. Auteur des célèbres romans Le Matou, Juliette Pomerleau, Charles le téméraire et La Serveuse du Café Cherrier, il est membre de l’Académie des lettres du Québec. En 2011, il s’est vu décerner le prix Ludger-Duvernay, qui souligne la contribution exceptionnelle d’un écrivain au rayonnement...

Né à Rouyn-Noranda, Yves Beauchemin est un écrivain phare de la littérature québécoise. Auteur des célèbres romans Le Matou, Juliette Pomerleau, Charles le téméraire et La Serveuse du Café Cherrier, il est membre de l’Académie des lettres du Québec. En 2011, il s’est vu décerner le prix Ludger-Duvernay, qui souligne la...

Né à Rouyn-Noranda, Yves Beauchemin est un écrivain phare de la littérature québécoise. Auteur des célèbres romans Le Matou, Juliette Pomerleau, Charles le téméraire et La Serveuse du Café Cherrier, il est membre de l’Académie des lettres du Québec. En 2011, il s’est vu décerner le prix Ludger-Duvernay, qui souligne la contribution exceptionnelle d’un écrivain au rayonnement du...

Extrait

Depuis quelques semaines, Mélanie croyait avoir enfin trouvé le véritable amour. Chaque jour, elle découvrait chez Pierrot Bernard de nouvelles qualités, un trait de caractère charmant ou original, une façon amusante de réagir aux choses de la vie. Il se montrait avec elle d’une délicatesse exquise, la couvrait de petits cadeaux choisis avec un air infaillible: une rose, quelques chocolats dans un emballage doré où palpitaient les frisettes d’un ruban pastel, un napperon à la fine broderie pour orner sa table de nuit, des plats cuisinés avec une adresse de cordon-bleu, des billets de cinéma obtenus grâce à une mystérieuse stratégie (lui-même n’y allait pas, ce qui permettrait à Mélanie d’inviter une amie), et même une fois – comble de l’altruisme observateur – une paire de semelles orthopédiques pour coussiner l’intérieur de ses chaussures de travail, Mélanie s’étant plainte un soir devant lui des maux de pieds que lui causaient ses longues heures au Café Cherrier.

Aussi, pour ne pas perdre un pareil trésor, ne pensait-elle qu’à lui plaire elle aussi de mille façons, rivalisant avec lui de gentillesse comme s’ils participaient à un concours. Or, elle avait appris depuis longtemps que le sort d’un couple se joue d’abord et avant tout au lit. Bien sûr, Pierrot Bernard n’avait plus la fougue amoureuse d’un jeune homme, mais, en revanche, quelle expérience! quelle adresse! quel sens de la psychologie féminine! Elle en oubliait ses seins tombants de quinquagénaire couverts de poils blancs, l’oignon qui déformait son pied gauche et sa bedaine glorieusement épanouie. À côté de lui et malgré leur fraîche vigueur, les poulains fringants qu’elle avait connus jusque-là paraissaient bien niais et maladroits.

Un soir du mois de mars, il lui permit de lire – faveur suprême – un long extrait de Newman. Pour une fois, il n’était pas trop mécontent de ce qu’il venait d’écrire. Le passage racontait l’épisode dramatique d’une partie de pêche au crabe au cours de laquelle le comédien avait failli laisser sa vie. Pierrot Bernard assurait qu’il avait à peine exagéré les détails. 

ISBN
Date de parution
Nombre de pages 440 p.
Dimensions 5,0 cm x 7,0 cm

Du même auteur

Vous aimeriez peut-être aussi...