La Femme Hokusai

Katherine Govier

Traduction de Lori Saint-Martin et Paul Gagné

22,36 US$

épuisé

Résumé

Le légendaire artiste Hokusai a créé l’image la plus célèbre du Japon, La Grande Vague de Kanawaga. Pourtant, 150 ans après sa mort, des doutes subsistent : et si c’était sa fille Oei qui avait peint plusieurs des œuvres qui lui sont attribuées ?

En racontant l’histoire de sa vie, Oei nous plonge dans l’univers fascinant d’Edo, grande cité où se côtoient les espions du shogun et les poètes, les marchands de sortilèges et les samouraïs, les courtisanes et les pêcheurs d’anguille. Oei grandira en marge des conventions, cultivant son fort caractère, refusant d’exécuter les tâches domestiques pour se consacrer à l’art et veillant sur Hokusai, ce « vieux fou de la peinture » qu’elle aime et admire malgré son excentricité et dont elle deviendra rapidement le bras droit.

Très pauvre mais toujours férocement fidèle à son père, louvoyant pour échapper à la censure imposée par un gouvernement oppressif, Oei produira des centaines d’œuvres. Mais son nom s’entremêlera à celui d’Hokusai, l’homme qui l’a créée et qui, finalement, lui volera sa place dans l’histoire.

 

PRIX ET DISTINCTIONS:
-Prix littéraires du Gouverneur général 2014 - catégorie Traduction de l’anglais vers le français - Finaliste

Katherine Govier

Katherine Govier est l’auteure de neuf romans traduits partout à travers le monde, dont Creation, qui a été encensé par le ...

Katherine Govier est l’auteure de neuf romans traduits partout à travers le monde, dont Creation, qui a été encensé par le New York Times en 2003. Elle a...

Katherine Govier est l’auteure de neuf romans traduits partout à travers le monde, dont Creation, qui a été encensé par le New York Times en 2003. Elle a remporté le Toronto Book...

Katherine Govier est l’auteure de neuf romans traduits partout à travers le monde, dont Creation, qui a été encensé par le New York Times en 2003. Elle a remporté le Toronto Book Award en 1992 ainsi que le Canada’s Marian Engel Award en 1997. Outre l’écriture, elle a mené de front plusieurs projets d’enseignement et d’édition. Pour écrire La femme Hokusai, elle a effectué de...

Katherine Govier est l’auteure de neuf romans traduits partout à travers le monde, dont Creation, qui a été encensé par le New York Times en 2003. Elle a remporté le Toronto Book Award en 1992 ainsi que le Canada’s Marian Engel Award en 1997. Outre l’écriture, elle a mené de front plusieurs projets d’enseignement et...

Katherine Govier est l’auteure de neuf romans traduits partout à travers le monde, dont Creation, qui a été encensé par le New York Times en 2003. Elle a remporté le Toronto Book Award en 1992 ainsi que le Canada’s Marian Engel Award en 1997. Outre l’écriture, elle a mené de front plusieurs projets d’enseignement et d’édition. Pour écrire La femme Hokusai, elle a effectué de nombreuses...

Lori Saint-Martin

Paul Gagné

Extrait

Je m’appelle Oei. Oei Katsushika. Je dois « Katsushika » à l’endroit où mon père est né. « Oei », qui signifie « Hé ! toi », est un jeu de mots venu du surnom qu’il me donne. J’ai d’autres noms : Ago-Ago, qui veut dire Menton-Menton (une autre de ses inventions), est une façon d’attirer l’attention sur ma mâchoire protubérante, opiniâtre. Il y a aussi mes noms d’artiste : Pompette (le sens va de soi), Femme épanouie (pas la peine que je vous fasse un dessin). J’ai porté de multiples noms. Dans ce domaine comme dans d’autres, cependant, il me bat à plate couture.

Il a pris le nom de l’Étoile polaire et celui du dieu du tonnerre ; il s’est appelé le Vieux Fou de la peinture ; vingt fois, il s’est nommé et nouveau-nommé. Pour moi, il n’est que le Vieil Homme.

Certains jugent le Vieil Homme difficile. Je ne suis pas d’accord. Il n’est pas difficile.

Il est impossible.

À vrai dire, je ne suis pas commode, moi non plus. Je ne plie pas. Je me moque, je dissimule, je lance des regards mauvais. On raconte que personne ne m’a appris à être une femme. Les plus bienveillants en imputent la faute à mon père. C’est un scandale. « Elle peint, mais elle ne sait pas coudre », proclament-ils. Ha ! Ces mots pourraient me servir d’épitaphe. C’est peut-être le cas. Mais, pour en avoir le cœur net, vous devriez trouver ma tombe.

Et vous n’y réussirez pas.

ISBN 978-2-7644-2511-4
Date de parution 2013-10-02
Nombre de pages 512 p.
Dimensions 6,0 cm x 9,0 cm

Vous aimeriez peut-être aussi...