Marie-Tempête

Dominique Demers

15,31 US$

épuisé

Résumé

• Trilogie des Marie-Lune (Un hiver de tourmente, Les Grands sapins ne meurent pas et Ils dansent dans la tempête) qui a ému des milliers d’adolescents regroupée en un seul tome sous le titre Marie-Tempête.
• Destiné au grand public (adultes).
• Plus de 60 000 copies des trois romans ont été vendues.
Dans ce roman émouvant, Dominique Demers relate l’histoire d’une adolescente de quinze ans qui devra braver les pires tempêtes de la vie pour aller jusqu’au bout d’elle-même. L’intensité d’un premier amour, l’atrocité de la mort, l’émerveillement de la maternité et la cruauté des choix, Marie-Lune en fera l’apprentissage très tôt… trop tôt.
De nombreux parents d’adolescents ont été touchés par cette œuvre et leurs témoignages ont convaincu Québec Amérique de la réunir en un seul tome s’adressant à un plus vaste public. Les adultes feront un voyage au pays de l’adolescence et revivront la gamme des émotions que l’on ressent si intensément à l’aube de l’âge adulte.

Dominique Demers

Écrivaine, conférencière et formatrice, Dominique Demers a signé plus de 70 œuvres de fiction pour enfants, adolescents et ...

Écrivaine, conférencière et formatrice, Dominique Demers a signé plus de 70 œuvres de fiction pour enfants, adolescents et adultes. Détentrice d’un ...

Écrivaine, conférencière et formatrice, Dominique Demers a signé plus de 70 œuvres de fiction pour enfants, adolescents et adultes. Détentrice d’un postdoctorat en littérature ...

Écrivaine, conférencière et formatrice, Dominique Demers a signé plus de 70 œuvres de fiction pour enfants, adolescents et adultes. Détentrice d’un postdoctorat en littérature jeunesse, elle a été journaliste à L’actualité, enseignante à l’Université du Québec à Montréal, critique littéraire au journal Le Devoir, scénariste de longs métrages et conteuse à la télé de ...

Écrivaine, conférencière et formatrice, Dominique Demers a signé plus de 70 œuvres de fiction pour enfants, adolescents et adultes. Détentrice d’un postdoctorat en littérature jeunesse, elle a été journaliste à L’actualité, enseignante à l’Université du Québec à Montréal, critique littéraire au journal Le Devoir, ...

Écrivaine, conférencière et formatrice, Dominique Demers a signé plus de 70 œuvres de fiction pour enfants, adolescents et adultes. Détentrice d’un postdoctorat en littérature jeunesse, elle a été journaliste à L’actualité, enseignante à l’Université du Québec à Montréal, critique littéraire au journal Le Devoir, scénariste de longs métrages et conteuse à la télé de ...

Extrait

À Jeannine et à Michel
À mon père
À sœur A. et à ses amies cloîtrées,
Femmes de lumière et de silence
Qui m’ont accueillie avec tant d’amitié
Pour me laisser avec ce bonheur nouveau
De savoir qu’elles existent.

J’aimerais également remercier vivement le Dr Lucie Sarrazin-Vincelette, médecin de famille, Madame Michèle Boily, agente de service social à l’école Rosalie-Jetté, Isabelle Gélinas, étudiante à la même école, et Madame Christine Maraval, directrice du service d’adoption du Centre des services sociaux du Montréal métropolitain, pour leurs précieux conseils. Merci aussi à Yolande, Josée, Diane et Karine.

Chapitre 1

Ma mère a les cheveux bleus. Elle n’est pas complètement marteau, ni même un peu Martienne, mais simplement coloriste, au Salon Charmante, rue Principale à Saint-Jovite. La semaine dernière, ses cheveux étaient «or cuivré». Le flacon 57, sur l’étagère du haut.
Derrière les séchoirs, tout au fond du salon, ma mère mélange des couleurs. Mèches, teintures, balayages, reflets. Il y a des peintres en bâtiment, d’autres en chevelure.
Le bleu, normalement, n’est qu’un reflet. Mais Fernande n’a pas eu le temps de revenir à sa couleur naturelle – noir corbeau sans numéro – avant de l’essayer. Elle sait maintenant que le nouveau «bleu nuit 13» fait un peu psychédélique lorsqu’on l’applique sur un fond «or cuivré 57».
Moi, je rêve d’une mèche bleu électrique. Juste une, presque discrète, qui se tiendrait bravement debout sur le dessus de ma tête. Mais pas question! La petite Marie-Lune de Fernande et de Léandre n’a pas le droit d’être punk. Je me contente d’une coupe légèrement étagée et terriblement ordinaire, signée Gaëtanne, l’amie de ma mère, propriétaire du Salon Charmante.
Ce n’est pas très sophistiqué, mais c’est un peu ébouriffé, ce qui me convient. Avant, j’étais plutôt du genre coupe champignon. Un bol de cheveux renversé sur le crâne. Une auréole de poils trop sages. Maintenant, c’est fini. Je m’appelle encore Marie-Lune, mais attention! Je suis plutôt une Marie-Éclipse, une Marie-Tonnerre, une Marie-Tremblement de terre.
C’est drôle! Les clientes de Fernande lui réclament les pires extravagances, et elle ne bronche pas. Maman peint en blond Barbie les cheveux roux de Mme Lalonde, étale du jaune carotte sur la tignasse noire de Mme Bélanger, teint en noir charbon les derniers poils blancs de Joséphine Lacasse et jure à ces épouvantails qu’elles sont ravissantes. Ces dames lui demanderaient une mèche vert limette, et ma mère brasserait les couleurs sans dire un mot.
Moi? Voyons donc! C’est différent. J’ai déjà été la gloire de Fernande. Sa fille unique. Belle et brillante. Belle, dans la langue de ma mère, ça veut dire propre, bien mise et en bonne santé. Et brillante? Des «A» partout, en français comme en chimie.
Depuis l’an dernier, ma mère me trouve moins belle et brillante, et beaucoup trop adolescente. Et depuis qu’Antoine est entré dans ma vie, je me suis métamorphosée en cauchemar ambulant. Je fais peur à mes parents. La nuit des vampires, c’est rien à côté de moi.
Fernande a du mal à digérer la nouvelle Marie-Lune. Elle se ronge les sangs et elle s’arracherait aussi les cheveux si elle n’en avait pas déjà perdu autant. Elle fait des drames avec tout, pleure pour rien et souffre toujours de migraines.
Quant à mon père, journaliste sportif au Clairon des Laurentides, il lit plus d’articles sur l’adolescence que sur le hockey. Le pauvre a failli faire une syncope en apprenant que 50 % des adolescents ont fait l’amour avant la fin du cours secondaire.
Je suis devenue suspecte.
J’aime Antoine depuis le 27 octobre. Je l’aimais peut-être déjà auparavant, mais j’étais trop poire pour m’en apercevoir. L’année dernière, à la fête d’Halloween de la polyvalente, j’avais dansé avec Sylvie Brisebois.

Thèmes et genres
ISBN 978-2-8903-7899-5
Date de parution 1997-03-07
Nombre de pages 318 p.
Dimensions 14,0 cm x 21,6 cm

De la même auteure

Vous aimeriez peut-être aussi...