La Vraie Vie

François Gravel

9,04 US$

Résumé

« Quand j’ai décidé de fuir, j’étais donc à la fois extrêmement instruit dans des domaines inutiles, et incroyablement naïf. C’est un mélange dangereux. »


J.-F. fréquente l’Institut, une école où on lui inculque la soumission la plus totale. Ses enseignants lui répètent toujours que la vraie vie est cent fois pire, ce qui est difficile à croire. En s’enfuyant de cette prison, J.-F. découvrira que ses enseignants lui ont menti : la vraie vie, c’est mille fois pire.

François Gravel

Auteur de plus de 100 livres récompensés de nombreuses distinctions, François Gravel possède le rare talent de s’adresser...

Auteur de plus de 100 livres récompensés de nombreuses distinctions, François Gravel possède le rare talent de s’adresser avec le même plaisir...

Auteur de plus de 100 livres récompensés de nombreuses distinctions, François Gravel possède le rare talent de s’adresser avec le même plaisir contagieux à tous les publics, jeunes...

Auteur de plus de 100 livres récompensés de nombreuses distinctions, François Gravel possède le rare talent de s’adresser avec le même plaisir contagieux à tous les publics, jeunes et moins jeunes. Faisant preuve d’un humour inimitable, il sait aussi être tendre ou grave selon les œuvres. Chez Québec Amérique, il signe plusieurs oeuvres marquantes, parmi lesquelles Ostende, La ...

Auteur de plus de 100 livres récompensés de nombreuses distinctions, François Gravel possède le rare talent de s’adresser avec le même plaisir contagieux à tous les publics, jeunes et moins jeunes. Faisant preuve d’un humour inimitable, il sait aussi être tendre ou grave selon les œuvres. Chez Québec Amérique, il signe...

Auteur de plus de 100 livres récompensés de nombreuses distinctions, François Gravel possède le rare talent de s’adresser avec le même plaisir contagieux à tous les publics, jeunes et moins jeunes. Faisant preuve d’un humour inimitable, il sait aussi être tendre ou grave selon les œuvres. Chez Québec Amérique, il signe plusieurs oeuvres marquantes, parmi lesquelles Ostende, La Cagoule et la...

Extrait

J’ai décidé de m’enfuir de l’Institut le 12 mars de l’an 20 de l’ordre nouveau. Il est rare que je retienne les dates, mais, ce matin-là, le maître nous avait demandé de l’écrire dans vingt langues mortes différentes: latin, grec, araméen, portugais, allemand, français, et cætera. Il aurait été difficile de l’oublier.

Autrefois, paraît-il, chacun aurait utilisé son ordinateur personnel et se serait débarrassé de cette corvée en quelques minutes. Mais cette pratique décadente était devenue impossible et nous avions passé la journée à fouiller dans de vieux livres moisis et des encyclopédies poussiéreuses avant de transcrire nos réponses à la main, sur du papier fabriqué avec des arbres transformés. (…)

P.-X. avait alors transgressé les règlements en prononçant quelques mots. Ce n’était pas pour poser une question, ce qui n’était permis qu’en cas de force majeure. Ce n’était pas non plus un acte de rébellion, j’en suis convaincu. Je dirais plutôt que P.-X. s’était parlé à lui-même (…) Mais quelques instants plus tard, le voyant vert s’allumait sur l’interphone. Nous avons aussitôt arrêté nos recherches, nous nous sommes levés et mis au garde-à-vous.

— Monsieur P.-X. est prié de se présenter au bureau du directeur, a dit une voix métallique.

Critiques

« C’est un bel exercice de style sur la notion d’enfermement et ce que représente aussi la liberté. »

Culture Hebdo
ISBN
Date de parution
Nombre de pages 216 p.
Dimensions 10,4 cm x 17,8 cm

Du même auteur

Vous aimeriez peut-être aussi...